Regards croisés sur Julien Binz


Regards croisés sur Julien Binz

« Le restaurant s’appelle Julien Binz, du nom du chef, parce que la cuisine prime sur tout. En duo complice avec son épouse Sandrine Kauffer-Binz, gérante-associée et journaliste, la maison évolue, au diapason, ayant fêté le 16 décembre 2021, ses 6 années d’existence. Récits croisés, où se mêlent trajectoire personnelle et professionnelle »

Depuis le 16 décembre 2015, le restaurant étoilé Julien Binz vit au rythme tranquille de la coquette cité d’Ammerschwihr, mais surtout au diapason d’un couple et de sa famille élargie, une équipe, des artisans, des vignerons. Cette élégante maison n’a cessé depuis l’ouverture d’être dans le mouvement, chaque euro gagné étant investi dans l’accueil des clients, l’embellissement du restaurant et l’amélioration du confort des employés.

En juin 2021, un salon Empire a été aménagé pour accueillir jusqu’à trois tables en toute intimité, sous le regard d’un miroir encastré dans un meuble noir fabriqué sur mesure par des entreprises alsaciennes, l’ébéniste Lehmann à Goersdorf, et le métallier Linck à Epfig. Au même moment, la cuisine se dotait d’un vrai laboratoire de pâtisserie. « Jusqu’à présent, le pâtissier partageait son plan de travail avec le poste des entrées froides », raconte Julien Binz. Depuis la réouverture, le chef pâtissier Takeshi Honda et Carole Knoll disposent d’un labo climatisé. Un nouvel élan à l’instant sucré du repas est impulsé.

salon Empire-Julien Binz ©M. Weiss
S’attabler dans un restaurant, dévorer une assiette des yeux, déguster un plat, c’est toujours un peu entrer dans la tête d’une cuisinière ou d’un cuisinier, découvrir sa personnalité, son humeur, son histoire et ses engagements. Ce qui frappe d’emblée ?…

Découvrez l’article intégral signé Stephane Méjanes sur le site des Nouvelles Gastronomiques.

CLIQUER ICI